Il y a quelques temps que je ne m'étais pas approché de ces berges

du Gardon, à la sortie d'Alès. Je cherchais un endroit propice pour

guetter le Martin pêcheur, quand mon regard fut attiré par un objet

flottant de couleur bleue, au loin.

 

1

 

Plus un geste, plus un bruit...

Pas de doute : un Canard !

 

2

 

 Le courant étant assez faible, il mit tout un temps pour approcher.

 

3

 

J'aime les canards. Ils ont toujours l'air contents, et pour moi

qui ai une inclinaison naturelle vers la tristesse, ils sont porteurs

d'une sorte de réconfort.

 

4

 

Ayant dépassé la zone calme, je le vis danser sur le flot mouvementé

 

5

 

et s'éloigner peu à peu.

 

6

 

 Quelle ne fut pas ma surprise de voir arriver un deuxième canard,

 

8

 

de couleur un peu différente. Une femelle, peut-être ?

 

9

 

Ben alors ! Quelle matinée !

 

10

 

Femelle ou pas, cela me semble être un jeune individu.

 

11

 

Comblé par ces rencontres, je m'apprêtais à aller plus loin, quand

mon regard fut attiré par un troisième individu, de couleur blanche,

cette fois.

 

12

 

Ayant repéré le manège (!), il se tenait là, croyant passer inaperçu.

Mais j'y vois bien (de loin en tout cas).

 

13

 

Je ne tardais pas à découvrir l'explication du phénomène, une fête 

foraine ayant installé ses stands un peu en amont.

 

14

 

Pauvres petits canards, comme je les comprends. Ils ont choisi de voguer.

Dieu sait où ils doivent être, maintenant.

 

15

 

Cela me fait penser à une chanson de Francis Cabrel :

Est-ce que ce monde est sérieux ?


Alès, ce  8 janvier 2012