Brouzet-les-Alès.

BLA, pour les intimes.

Le vieux cimetière abandonné, lieu propice à la méditation.

 

1_IMG_0501legere

 

Sur le parvis, la vigne,

pour oublier...

 

2_IMG_0497legere

 

Fin mars, les vignes ressemblent à certaines églises :

du bois mort.

Mais dans quelques semaines, elles déborderont de vert tendre.

En arrière plan, le village de Navacelles.

 

3_IMG_0494legere

 

En attendant, on dit que la vigne pleure :

c'est la sève qui monte et s'écoule, là où le sarment a été coupé.

 

4_IMG_0498legere

 

Pendant que la vigne pleure,

de nombreuses fleurs s'égaient le long des chemins.

Ici, un petit bouquet de Muscaris.

 

5_IMG_0464legere

 

On appelle le Prunellier : Epine noire.

 

6_IMG_0460legere

 

En attendant, ses fleurs font la fête.

 

7_IMG_0463legere

 

On dirait des fleurs de mariée.

 

8_IMG_0466legere

 

Tout près du sol, la fleur de Ficaire, appelée aussi Fausse renoncule.

Plante toxique pour les animaux herbivores.

Les marins la mélangeaient à leur sel pour lutter contre le scorbut,

car elle est riche en vitamine C.

 

9_IMG_0492legere

 

Première chaleur, première sortie

pour le Lézard vert,

 

10_IMG_0486legere

 

tout près de la souche où il a passé l'hiver.

 

11_IMG_0489legere

 

Presque 5 mois de sommeil sous terre,

 

12_IMG_0491legere

 

et son oeil est toujours vif.

 

Brouzet-les-Alès (30), le 19 mars 2016

_______

Bonus_IMG_0484legere

Etienne.

_______