Retour en Cévennes.

Soudorgues, entre Lasalle et le col du Mercou.

 

1_IMG_5264legere

 

Fin août, les brebis devraient être encore en altitude,

derrière le Mont Aigoual ou sur le Mont Lozère.

 

2_IMG_5262legere

 

Mais la sécheresse est telle qu'il n'y a plus d'herbe, même là-haut.

Ah, le feuillage vert des frênes.

 

3_IMG_5254legere

 

Ce troupeau vient donc de redescendre en basse Cévenne.

 

4_IMG_5249legere

 

Et le berger espère qu'il ne devra pas, déjà,

entamer le foin mis en réserve pour l'hiver.

 

5_IMG_5245legere

 

Pourquoi une telle émotion chaque fois que l'on rencontre un troupeau ?

 

6_IMG_5252legere

 

Est-ce parce que c'est une des activités les plus anciennes de l'homme ?

 

7_IMG_5261legere

 

Est-ce à cause du caractère grégaire des brebis ?

 

8_IMG_5242legere

 

Je ne parle pas des chèvres.

 

9_IMG_5243legere

 

Les textes les plus anciens mentionnent brebis et bergers.

 

10_IMG_5251legere

 

"Je rassemblerai le reste de mes brebis,

je les ramènerai dans leur pâturage.

J'établirai sur elles des pasteurs qui les paîtront.

Elles n'auront plus de crainte, plus de terreur,

 

11_IMG_5247legere

 

 et il n'en manquera aucune, dit l'Eternel".

(Jérémie 23.3-4)

 

Soudorgues (30), le 24 août 2017

_______

 

Bonus_IMG_5240legere

 

Dommage pour ceux qui l'oublient.

_______

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer