Le soleil baisse déjà.

On est le 13 janvier.

Au fond, l'étang du Charnier.

Au loin, les Alpilles.

 

1_IMG_7921legere

 

Devant, une des plus grandes roselières

de Camargue, et les espaces d'eau

où les canards viennent passer la nuit.

 

2_IMG_7920legere

 

Entre les étangs, des canaux.

On y voit toujours au moins un oiseau qui passe.

 

3_IMG_7927legere

 

Ici les graminées sont plus hautes que les hommes.

 

4_IMG_7907legere

 

Dans les Tamaris, les petits escargots blancs

sont venus dormir,

 

5_IMG_7913legere

 

mais quelqu'un a cassé la coquille

pour manger l'habitant.

 

6_IMG_7914legere

 

Les chasseurs tirent-ils sur tout ce qui bouge ?

Les mauvaises langues le disent.

Ici une Fouine,

loin de toute maison, pourtant.

 

7_IMG_7906legere

 

Les sangliers, n'en parlons pas.

On les trouve dans les marais presqu'autant qu'en Cévennes.

Je crois que plus on en tue

 

8_IMG_7925legere

 

plus il y en a.

 

9_IMG_7926legere

 

Les tamaris aiment avoir les pieds dans l'eau.

C'est un arbre de chez nous, comme l'indique son nom latin : Tamarix gallica.

 

10_IMG_7870legere

 

Monde étrange des marais,

 

11_IMG_7928legere

 

quelque peu semblable aux déserts,

 

12_IMG_7929legere

 

où l'homme peut se demander s'il est encore

 

13_IMG_7930legere

 

 dans un lieu habitable.

 

Vauvert, Gallician (30), 13 janvier 2018

_______