Vue sur Alès, vers l'est.

A l'horizon, le Mont Bouquet.

On devine les villages de Navacelle et de Brouzet-les-Alès.

 

1_IMG_4738legere

 

En sortant d'Alès, vers l'ouest,

c'est déjà les Cevennes.

 

2_IMG_4745legere

 

La Bruyère callune va bien.

La Salsepareille a souffert de la sécheresse,

mais elle propose quand-même sa guirlande de coeurs.

 

3_IMG_4753legere

 

Dans cette forêt domaniale du Rouvergue, il y a des cèdres.

Ce n'est pas n'importe quoi.

 

4_IMG_4754legere

 

Au bout de la piste,

on voit émerger des broussailles une ruine

qui n'est pas celle d'une simple ferme.

 

5_IMG_4757legere

 

Il s'agit de l'ancienne demeure de la famille Boissier de Sauvage,

notamment de François Boissier de Sauvage de Lacroix

qui fut médecin et surtout un grand botaniste du XVIIIème siècle.

 

6_IMG_4762legere

 

Il fut reçu docteur à la Facuté de Médecine

de Montpellier en 1722 avec sa thèse intitulée :

L'amour peut-il être guéri par les plantes ?

 

7_IMG_4759legere

 

On pourrait le reéditer.

 

8_IMG_4761legere

 

Dans ces environs, on peut voir encore les traces

d'un ancien arboretum, comme en témoigne

la présence de ce Chêne liège.

 

9_IMG_4766legere

 

Il y a aussi - mais là c'est naturel -

d'assez nombreux arbousiers

 

10_IMG_4739legere

 

avec leurs fleurs en forme de clochettes

 

11_IMG_4740legere

 

et, en même temps, leurs fruits,

les arbouses, comestibles,

 

12_IMG_4750legere

 

 vertes, jaunes ou rouges.

 

St Jean-du-Pin (30), 20 janvier 2018

_______