En haut du Val d'Hérens,

Evolène.

On dirait le nom d'une petite fille.

 

1_IMG_1002legere

 

Le village est devenu touristique,

mais on y trouve encore des maisons d'autrefois.

 

2_IMG_1004legere

 

Les lisières...

si appréciées des animaux sauvages

et de ceux qui les observent.

 

3_IMG_1001legere

 

De ce côté, la forêt et, bientôt, les sommets.

 

4_IMG_0999legere

 

Après le village, la route continue,étroite et sinueuse

jusqu'au barage de Ferpècle.

 Ici, elle est coupée par une coulée de neige

(une avalanche ?) qui a plié

le panneau de signalisation (en bas à droite).

 

6_IMG_0979legere

 

Quelle force ont donc les flocons de neige,

quand ils s'assemblent.

 

7_IMG_0993legere

 

Il s'agit, je crois du Mont Miné (2 914 mètres)

à ne pas confondre avec la Grande Dent de Veisivi (3 418 mètres).

 

8_IMG_0989legere

 

Les pieds dans l'eau des glaciers,

des fleurs de Tussilage,

une des plantes pectorales les plus utilisées en phytothérapie.

 

9_IMG_0982legere

 

En se retournant, le regard embrasse une plaine alluviale d'altitude,

zone de retrait des glaciers de Ferpècle et du Mont Miné.

 

10_IMG_0988legere

 Tout autour, des sommets, des pics, des dents,

souvent noires,

 

11_IMG_0987legere

 

parfois blanches.

La Dent blanche, couverte de nuage,

qui culmine à 4 350 mètres.

 

12_IMG_0985legere

 

Respect.

 

Evolène, Plaine de Ferpècle, Val d'Hérens, Valais suisse, 13 mai 2018

_______

 

La Dent blanche.

Bonus1_IMG_0978legere

La même.

Bonus2_IMG_1288legere

_______

 

5_IMG_1185legere

______