Vue sur la gare d'Alès.

Derrière, les premiers contreforts cévenols.

 

1_IMG_6344legere

 

Vue depuis la gare St Charles.

Devant, la ville de Marseille.

 

2_IMG_6346legere

 

Et au milieu, la tour Eiffel.

Euh, non, Notre Dame de la Garde.

 

3_IMG_6355legere

 

Longues rues étroites et pentues.

Et un camion de pompiers.

 

4_IMG_6353legere

 

C'est que nous passons,

sans le vouloir,

non loin de la rue d'Aubagne

où ces immeubles vétustes se sont effondrés.

 

5_IMG_6352legere

 

Respiration

en faisant un détour par le Vieux Port.

6_IMG_6407legere

 

Et cette plaque, au sol,

qui marque l'emplacement de l'arsenal des galères,

au XVIIIème siècle.

Je recommande la lecture du livre d'André Chamson : La Superbe.

 

7_IMG_6414legere

 

Aucun rapport.

Celui-ci, sans élan,

 

8_IMG_6398legere

 

arrive sur l'obstacle en béton d'en face

avant de faire demi-tour.

 

9_IMG_6401legere

 

En 1977, j'ai passé une soirée ici, sur un banc,

avec celle qui allait être mon épouse deux ans plus tard.

Elle était venue à Marseille pour passer un concours.

 

10_IMG_6394legere

 

Les bateaux, les étoiles,

 

11_IMG_6404legere

 

la tour Eiffel,

rien ne manquait.

 

12_IMG_6405legere

 

 Le Fort Saint-Nicolas surplombe le Vieux Port.

Il a été édifié de 1660 à 1664 par le chevalier de Clerville,

sur ordre de Louis XIV, afin de mater l’esprit d’indépendance

de la ville de Marseille.

 

13_IMG_6388legere

 

La Basilique Notre Dame de la Garde

a été édifiée au milieu du XIXème siècle,

dans un style romano-byzantin,

(par un architecte protestant !).

 

14_IMG_6390legere

 

Encore quelques pas

et nous pouvons trouver la Méditerranée de toujours,

celle de Malaga, de Naples, d'Athènes ou de Nicosie,

celle de Beyrouth ou d'Alexandrie,

de Tripoli, de Tunis,

 

15_IMG_6386legere

 

 d'Alger, d'Oran ou de Tanger.

 

Marseille, 10-11 novembre 2018

____________

 

Immeubles effondrés, rue d'Aubagne.

(Cette photo n'est pas de moi).

Bonus1_Marseille_rue_d_Aubagne

 

Bonus2__IMG_6409

 

Bonus3_IMG_6384legere

_______

 

 Entre 1680 et 1748, 60.000 forçats sont passés

par les galères de Marseille.

Entre 1680 et 1748 a existé en France un régime carcéral très particulier : les galères. Héritage de la Rome antique, ce système pénitentiaire a été remis au goût du jour dès le début du règne de Louis XIV et s'est poursuivi sous la Régence et une bonne partie du règne de Louis XV. Jugée inefficace et anachronique, cette flotte baroque sera remplacée par la suite par le bagne qui, lui, fonctionnera jusque sous la Troisième République.

Qui furent ces galériens, comment vivaient-ils,

de quelle manière fonctionnait un tel système ?

Avant d'arriver à l'arsenal de Marseille, seul port d'attache des galériens, les forçats avaient à subir la terrible épreuve de la « chaîne», le voyage entre les divers lieux de France et Marseille. Les chaînes les plus meurtrières étaient celles de Paris et surtout celle de Bretagne, qui demandaient cinq à sept semaines de marche. Enchaînés au cou, deux par deux, supportant 15 à 20 kilos de chaînes et devant effectuer une moyenne de 20 kilomètres chaque jour, battus, rançonnés et mal nourris par leurs convoyeurs, une bonne partie des forçats n'arrivaient pas au port. Surtout l'hiver. Une sélection "naturelle" qui faisait que les plus solides seulement s'en sortaient. Parmi eux, un grand nombre de Protestants emprisonnés pour leur foi.

_________