Le soir tombe.

Comment sera-ce ici, pendant la nuit ?

 

1_IMG_0066legere

 

J'ai repris le sentier rocailleux qui grimpe.

On ne peut pas toujours rester en-bas.

 

2_IMG_0070legere

 

Au loin, la vue s'offre sur les Cévennes.

 

3_IMG_0069legere

 

En bas, le Séguissous

poursuit sa dégringolade.

 

4_IMG_0067legere

 

Vers l'est, d'autres lignes de crète typiques.

Je ne sais pourquoi, elles me renvoient

à l'Apocalypse.

 

5_IMG_0080legere

 

Vers l'ouest, c'est comme un autre moment.

On distingue les deux "jumelles" de Monoblet,

près de St Hippolyte-du-Fort,

 

6_IMG_0073legere

 

et, derrière, le Pic Saint-Loup,

un peu au-dessus de Montpellier.

 

7_IMG_0072legere

 

Il est nécessaire d'aller sur les hauteurs,

parfois.

 

10_IMG_0078legere

 

Je pense aux paroles de l'apôtre Paul :

"Attention, le temps est court" (1 Co 7.29)

 

9_IMG_0071legere

 

 On l'oublie tout le temps.

 

11_IMG_0081legere

 

Il faut donc le redire,

car il peut arriver qu'après

 

12_IMG_0082legere

 

 il soit trop tard.

 

Mont Bouquet (30), le 25 novembre 2018

_______

 

Ce moment de fin de journée m'a rappelé

un poème triste écrit il y a une trentaine d'années.

Voici les 4 derniers vers :

 

Et le sourire

est semblable au soleil couchant

qui s'enflamme et meurt en touchant

ce qui l'attire.

_____