Les banlieues pavillonnaires

sont parfois pourvues de jardins

qui débordent de fleurs.

 

1_IMG_0154legere

 

Il me fallait marcher, après une journée d'enseignement.

Quelques pas pour sortir vers les collines,

au nord de Marseille.

Cela m'a rappelé

le Liban.

 

2_IMG_0157legere

 

Ici aussi.

C'est le Bassin méditerranéen,

tout simplement,

 

3_IMG_0165legere

 

y compris avec les fils électriques, partout.

Ici, le gros village de Château-Gombert,

maintenant incorporé dans la grande ville.

 

4_IMG_0189legere

 

Si on lève les yeux vers le nord,

des collines dénudées,

maintes fois ravagées par les incendies.

 

5_IMG_0187legere

 

Vers l'est et le sud, Marseille.

A gauche, le Massif de Marseilleveyre.

Vers la droite, Notre Dame de la Garde.

 

6_IMG_0178legere

 

Et la mer ?

On l'aperçoit, ici, dans l'échancrure.

 

7_IMG_0180legere

 

Et là aussi.

Si le Mistral ne soufflait pas si fort,

on sentirait l'odeur de l'iode.

 

8_IMG_0182legere

 

Il y a évidemment des sentiers qui montent vers les collines,

comme au temps de Pagnol.

Nous reconnaissons ici le fruit

qui a donné à cette plante son nom de Bec-de-Grue.

Une fois sèche, chaque graine qui se détache

enroule sa queue et forme une spirale.

Amusant à observer pour passer le temps, en cours de Maths.

 

9_IMG_0167legere

  

Fleur de Mauve.

Ici, elles sont souvent arborescentes.

 

10_IMG_0183legere

 

Ce petit bouquet floral aux teintes variées

pourrait être celui de la Pulmonaire.

 

11_IMG_0173legere

 

Avec le soleil qui baisse,

les fleurs de la Vipérine

sont merveilleusement lumineuses.

 

12_IMG_0172legere

 

Quand il y a plus de cailloux que de terre,

vous avez des chances de rencontrer

ce petit arbuste typique des garrigues

dont les fleurs ont des pétales froissés,

 

13_IMG_0186legere

 

le Ciste cotonneux.

 

Château-Gombert (13), le 11 mai 2019

_______

 

Vipérine.

Bonus_IMG_0177legere

_______