Un peu au nord d'Alès,

la Dent de Rousson,

et de très gros mas languedociens.

 

1_IMG_1063legere

 

Dans le vallon, pas très loin,

un grand enclos ancien attire l'attention.

 

2_IMG_1064legere

 

C'est comme un très grand jardin potager, un champ,

entouré d'un mur de pierres assez haut,

 

3_IMG_1065legere

 

au sein duquel se trouve un très grand puits avec un bassin.

 

4_IMG_1066legere

 

A proximité, des bois, des lisières,

des fleurs, comme ici celles du Chèvrefeuille.

 

5_IMG_1087legere

 

Des fleurs d'Eglantier aussi,

comme des coupes, 

 

6_IMG_1070legere

 

si délicates.

 

7_IMG_1067legere

 

Plus près du sol,

les fleurs du Liseron,

banales,

 

8_IMG_1076legere

 

pas si banale.

 

9_IMG_1075legere

 

Le Glaïeul sauvage,

un peu fier

(on lui pardonne).

 

10_IMG_1088legere

 

Et l'Affilante du Montpellier,

bientôt en fin de fleuraison,

visitée ici par un  Fluoré

dont la chenille se nourrit exclusivement de Coronille,

plante de garrigue.

 

11_IMG_1083legere

 

Le Lin de Narbonne

aime également les coteaux secs.

Les pétales bleu se chevauchent

et s'articulent selon la lumière ambiante

 

12_IMG_1077legere

 

 à la manière du diaphragme

d'un objectif photo.

 

Mas Neuf, Le Saut-du-Loup (30), 1er juin 2019

_______

 

Bonus_IMG_1073legere

_______