Nous sommes à 5 minutes d'Alès.

Ce sont déjà les Cévennes.

 

1_IMG_6819legere

 

Je me demande si ce bâtiment n'a pas été une magnanerie.

Je crois qu'on l'appelle le Mas Madagascar, je ne sais pourquoi.

 

2_IMG_6818legere

 

Bien plus loin, quelques prés au milieu des bois,

et ce petit alignement de Mûriers dont les feuilles ont servi,

il y a longtemps, à nourrir les Vers à soie

 

3_IMG_6812legere

 

Feuilles vert tendre.

Cet automne, elles seront jaune d'or.

 

4_IMG_6815legere

 

Le gel de la nuit du 7 avril

a fait des dégâts, c'est indéniable.

 

5_IMG_6816legere

 

Les euphorbes ont résisté.

 

6_IMG_6817legere

 

Les Asphodèles aussi.

 

7_IMG_6807legere

 

Asphodèle, un nom venu de la Grèce antique.

 

8_IMG_6808legere

 

Grâce à ses racines tubéreuses,

l'Asphodèle fait partie de ces plantes

qui résistent au feu.

 

9_IMG_6809legere

 

Sur un même hampe florale,

on peut trouver des fruits en bas,

des fleurs au milieu et des boutons au sommet.

 

10_IMG_6810legere

 

Même si elle est fréquente à certains endroits,

cette fleur est considérée comme rare

 

11_IMG_6811legere

 

et sa cueillette est interdite. 

 

Plaine de Plos, St Jean-du-Pin (30), 18 avril 2021

_______

 

Pour moi, l'Asphodèle rappelle le magnifique poème de Victor Hugo,

Booz endormi

(...)

Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite,
S'était couchée aux pieds de Booz, le sein nu,
Espérant on ne sait quel rayon inconnu,
Quand viendrait du réveil la lumière subite.

Booz ne savait point qu'une femme était là,
Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle.
Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèle ;
Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle ;
Les anges y volaient sans doute obscurément,
Car on voyait passer dans la nuit, par moment,
Quelque chose de bleu qui paraissait une aile. 

(...)