Laissant Ganges derrière moi, je passe non loin de l'églisette (c'est son nom)

que nous avions aperçue de loin depuis les champs d'olivier.

De face, cette fois, car elle regarde vers l'Ouest.

 

 

1_IMG_3949legere

 

Petite route sans issue sur un coteau.

De là, nous avons une vue sur la montagne du Cagnas,

celle des champs d'oliviers où nous étions hier soir.

 

2_IMG_3966legere

 

Ici, entre les pinèdes et les vignes,

une sorte de garrigue semi-désertique.

 

3_IMG_3962legere

 

Je suis heureux de voir que les buis

que nous avions cru mort (Pyrale du Buis + sécheresse)

repartent doucement.

 

4_IMG_3950legere

 

Le soleil qui baisse

illumine les graminées.

 

5_IMG_3963legere

 

En Provence, on appelle cela un raïas :

un ruisseau généralement sec qui peut se transformer en torrent

après une forte pluie.

 

6_IMG_3973legere

 

Au fond du vallon, une bâtisse assez impressionnante,

 

7_IMG_3957legere

 

la ferme fortifiée de Blancardy.

 

8_IMG_3958legere

 

Il se devait se loger là des milliers de moutons.

 

9_IMG_3959legere

 

Les moutons, les olives pour l'huile, la vigne.

Et la chasse.

 

10_IMG_3953leere

 

Un fauvette. Laquelle ?

Je dirais la Fauvette pitchou car elle a une queue assez longue et n'est pas migratrice,

à la différence de la Fauvette passerinette.

 

11_IMG_3952legere

 

Nous ne la verrons pas plus.

Ici, le Rouge-queue noir, le mâle.

Loin des maisons, les oiseaux sont sauvages.

 

12_IMG_3956legere

 

Et là un Pinson des arbres.

C'est son nom.

 

13_IMG_3954legere

 

La lumière décroît

 

14_IMG_3974legere

 

 mais nous ne sommes pas perdus.

 

Entre Ganges (34) et St Hippolyte-du-Fort (30), le 29 novembre 2020

_______