Dès qu'on quitte Valleraugue,

c'est pour prendre de la hauteur.

1_IMG_8476legere

 

Très rapidement, le terrain est escarpé et,

en ce moment, enneigé.

 

2_IMG_8475legere

 

Les vallées sont profondes ; les versants sont couverts de résineux

ou encore de hêtres et de châtaigniers.

 

3_IMG_8478legere

 

Les rochers affleurent partout.

Le Mont Aigoual est tout proche.

 

4_IMG_8490legere

 

Vue vers l'ouest, depuis le col du Pas (833 mètres)

 

5_IMG_8491legere

 

Tiens, un berger et son chien.

 

6_IMG_8477legere

 

Il me semblait bien que j'entendais les sonnailles d'un troupeau,

mais il faisait si froid, et il était si loin.

 

7_IMG_8481legere

 

Le loup surveille peut-être, lui aussi,

mais il se tient tapis.

 

8_IMG_8482legere

 

Un peu plus loin se trouve le col de l'Espinas (848 mètres)

qui surplombe la Vallée borgne.

 

9_IMG_8496legere

 

Des hommes ont vécu là, il y a longtemps.

Des femmes aussi, peut-être, et des enfants.

 

10_IMG_8488legere

 

Vue vers le nord-ouest : le causse Méjean (env. 1000 mètres)

et Florac dans le creux

 A l'horizon, le causse de Sauveterre.

Derrière le Causse Méjean, les gorges du Tarn.

 

11_IMG_8492CausseMejeanlegere

 

Vue vers le nord : le Mont Lozère (1699 mètres).

La bise doit être fraîche.

 

12_IMG_8495Lozerelegere

 

Vue vers l'est : on devine la Vallée borgne, à gauche.

Au fond, très pâle... le Mont Ventoux !

 

13_IMG_8479legere

 

Le voici, avec sa courbe douce caractéristique,

le Géant de Provence, au-delà du Rhône.

 

14_IMG_8480Ventouxlegere

 

Le voici, dominant la Provence catholique,

derrière les crètes cévenoles caractéristiques,

 

15_IMG_8484_legere

 

 refuge des Huguenots.

 

Cévennes, col du Pas, col de l'Espinas (30), 18 février 2018

_______

 

Bonus_IMG_8494legere

___________